Carnivore

Un cochon acheté à un paysan et une journée de travail pour abattre, découper, hacher… autant de transformations nécessaires pour rendre notre condition de carnivore plus supportable, moins visible.

Au départ… il y a donc la mort, pour nourrir l’autre…
De ce moment particulier j’ai voulu conserver une trace, rendre compte et rappeler que notre condition de carnivore nous pousse à prendre le pouvoir sur notre environnement, à décider de la mort d’un animal.
Lorsque j’ai pris les clichés, en direct, je n’ai pas cherché à vous épargner.
Mais à ce moment précis j’ai vu une scène troublante où la mort de l’animal se pare d’une forme d’esthétique.

J’ai pensé à ces indigènes qui remercient l’animal tué lors de la chasse.
J’ai essayé de flirter avec les différents genres dans lequel on peut classer la série : gore, documentaire, provocation, dénonciation pour ne jamais m’enfermer et vous laisser libre d’interpréter.
Je ne cherche pas à soutenir la logique végétarienne ni à la torpiller, je souhaite juste rappeler notre lien à la terre, aux animaux et tendre vers une relation plus saine et respectueuse.

Mangeons moins mais mangeons mieux.

Tirages réalisés sur toile pour renforcer l’aspect pictural des clichés. Le traitement laisse la part belle au rouge du sang en respectant le clair obscur de l’endroit où nous étions.

Carnivoreadmin