La thérapie de l’argentique

4 mai 2021

Pour les jeunes, l’argentique, c’est la photo « d’avant », celle de leurs parents, avec des pellicules. Pourquoi « argentique » ? Tout simplement parce qu’à cette époque, nous utilisions des pellicules (à la place des capteurs numériques) et que celles-ci étaient photosensibles grâce aux propriétés des grains d’argent qu’elles contenaient.

Mais si j’écris « époque » « d’avant » etc…cela ne veut pas dire que c’est la préhistoire. Et ce qui est vieux n’est pas forcement bon à être mis dans un musée ou à la poubelle !

Les audiophiles vous le diront : les disques 33 tours en vinyls restent un must. Cela n’empêchent pas ces mêmes personnes d’écouter leur musique sur mp3 dans leurs voitures ! A chaque usage son outil approprié.

En photo, l’argentique recèle encore bien des mérites qui ne doivent pas être oubliés.

Le soin : une photo demande de l’application pour caler son exposition, réaliser son cadrage ou la netteté. La pellicule coûte (malheureusement) cher (avec le développement). Vous n’allez donc plus « rafaler » comme des bourrins et c’est tant mieux. C’est agaçant de voir comment les gens prennent des photos sans réfléchir plus d’une seconde. La rareté entraîne la valeur et donc, avec votre boîtier argentique, votre pellicule de 12 ou 36 poses, vous ne souhaiterez pas jeter votre argent par les fenêtres. Aussi, vous prendrez le temps et c’est exactement ce dont vous avez besoin pour progresser.

Le format : Je doute (et sinon tant mieux pour vous) que vous ayez les moyens d’acheter un ou des moyens-formats en numérique. En argentique il existe un marché de l’occasion énorme qui vous permettra d’accéder à du 6×6, du 6×7, 6×4,5 pour des tarifs abordables (mais attention le marché remonte en flèche). C’est l’occasion idéale d’ouvrir de nouveaux horizons artistiques en vous initiant à des cadrages différents. Certains formats étant spécialisés dans le paysage (panoramique) et d’autres parfaits pour le portrait. Et ne me dites pas : « mon Iphone fait des panoramas ». Non, votre Iphone vous permet de TELEPHONER point final, vos panoramas sont tout déformés, aux couleurs sur-saturées et à la définition déguelasse.

Le grain : Et oui, le gran de l’argentique a encore du charme. Fini la définition chirurgicale d’un capteur à 46Mpx, bienvenue dans le monde du « velouté ». Et le premier qui me dit « mais je peux aussi mettre du grain avec Lr » je le ***** 😉 Essayez des pellicules, renseignez-vous pour découvrir le plaisir d’une photographie à la texture incomparable.

Couleur/Noir et blanc : Le noir et blanc est mort avec le numérique (excepté le boîtier monochrome de Leïca). L’argentique propose de revenir au VRAI noir et blanc, celui qui se pense à la prise de vue, celui que l’on façonne avec des filtres vert, jaune ou rouge. Le choix de la pellicule vous permettra d’accéder à un contraste plus ou moins fort ou à beaucoup de douceur. Et c’est pareil pour la couleur. Entre une Velvia de Fuji où les couleurs explosent ou une Portra de Kodak tout en douceur, vous vous régalerez d’ambiances colorimétriques avec du caractère. Et si là encore vous pensez : « mais je peux faire pareil avec mes filtres Instaaaaa. » Foutez le camp de mon blog !

En conclusion, si vous êtes passionnés, si vous aimez sortir de votre zone de confort, si vous voulez progresser comme jamais, si vous pouvez dépenser quelques euros pour votre plaisir : Essayez l’argentique, vous ne serez pas déçus.

COUP DE CHANCE : Nous avons, à Dijon, un vrai spécialiste du développement de pellicules noir et blanc : Photoexpress ! Demandez à rencontrer Jérôme Gorce il vous expliquera.

    Leave a comment

Total: